Rôles et responsabilités

Quels sont mes privilèges et mes zones de pouvoir?

Les violences à caractère sexuel étant des prises de pouvoir, il est primordial que chacune, chacun soit consciente, conscient de ses propres privilèges et zones de pouvoir, afin de ne pas en abuser. Vous êtes donc  invitées, invités à explorer vos privilèges et vos zones de pouvoir en vous inspirant des questions suivantes :

Privilèges

  • Suis-je à l’aise de fréquenter le vestiaire du centre sportif ou de me rendre à une salle de toilettes seule, seul?
  • Suis-je à l’aise en présence de personnes ayant consommé de l’alcool ou des drogues?
  • Est-ce que je sens que le personnel de sécurité est là pour me soutenir et me protéger et non pas pour m’accuser?
  • Est-ce que je sens que je peux refuser les avances de quelqu’un sans conséquence négatives pour ma sécurité, mon parcours étudiant ou ma carrière?
  • Est-ce que je me sens en sécurité de parler de ma partenaire, de mon partenaire de vie?

Zones de pouvoir

  • Ai-je du pouvoir sur les résultats scolaires de l’autre?
  • Ai-je du pouvoir sur le parcours professionnel de l’autre?
  • Ai-je plus de privilèges que l’autre?
  • Ai-je un pouvoir d’influence auprès des gens qui sont en position de pouvoir par rapport à l’autre?
  • Ai-je plus de ressources matérielles ou humaines à ma disposition que l’autre?
  • Ai-je une meilleure connaissance du système institutionnel ou légal que l’autre?

Comment mon comportement est-il reçu?

Lorsqu’on prend le temps de s’y arrêter, il est plutôt facile de déceler un malaise chez une personne avec qui on engage une interaction. Voici quelques signes qui peuvent démontrer que notre comportement ou nos paroles lui causent un malaise :

  • la personne ne répond pas, détourne le regard, change de sujet;
  • la personne prend physiquement ses distances ou nous évite;
  • la personne rit ou sourit « jaune »;
  • la personne exprime verbalement son malaise;
  • la personne fige;
  • la personne ne donne pas activement et avec enthousiasme son accord, ni verbalement ni physiquement;
  • la personne dit « oui » avec hésitation.

On ne mesure pas toujours l’ampleur des conséquences de nos actions sur les autres. Voici une courte liste des conséquences possibles des violences à caractère sexuel :

Psychologiques

  • Anxiété
  • Insomnie
  • Hypervigilance
  • Dysfonctions sexuelles
  • Symptômes de stress aigu
  • Trouble de stress post-traumatique

Physiques

  • Blessures
  • Infections transmissibles sexuellement et par le sang (ITSS)
  • Grossesse

Matérielles

  • Déménagement
  • Perte d’emploi
  • Pause ou abandon des études
  • Dépenses pour soutien psychologique

Comment valider la réception de mon comportement?

Il est de la responsabilité de chacune, chacun de s’assurer que ses comportements, paroles ou gestes ne causent pas de préjudice à autrui. Dans le doute, ou en présence de signes de malaise, il importe d’aller valider la perception de l’autre. Pour s’assurer que la personne auprès de qui on la valide se sente libre de répondre honnêtement, il est nécessaire de mettre en place un contexte facilitant la communication, par exemple en :

  • discutant dans un endroit neutre et calme;
  • s’assurant que l’autre se situe dans un espace physique confortable et sécuritaire;
  • ayant une attitude d’accueil et d’écoute;
  • ne discutant pas devant d’autres personnes.

Afin d’éviter toute confusion, il importe aussi d’aborder directement ce dont il est question et d’utiliser un vocabulaire spécifique. Voici un exemple :

  • « Je voulais vérifier auprès de toi si ma blague sur le fétichisme t’a mise mal à l’aise mercredi dernier. »

Dans le cas où la personne révèlerait que nos comportements, paroles ou gestes lui ont causé préjudice, la première chose à faire serait de maintenir une attitude accueillante et ouverte. Pour plus de détails, consultez la section Que faire si…