Présentation

Afin de rencontrer ses obligations de prévenir et de faire cesser toute forme de harcèlement psychologique, l’UQAM a, depuis le 1er mars 2005, adopté la Politique contre le harcèlement psychologique, institué un Comité de prévention institutionnel, nommé une personne responsable de l’application de la Politique et créé le Bureau d’intervention et de prévention en matière de harcèlement.

La Politique contre le harcèlement psychologique s’applique à toute la collectivité universitaire, c’est-à-dire à toute personne travaillant ou étudiant à l’UQAM, ainsi qu’aux tiers qui sont en relation avec elle, directement ou indirectement. Elle s’applique à ces personnes dans le cadre de l’exercice de leurs activités à l’Université, sans égard au lieu où se produit la situation de harcèlement  psychologique.

Les objectifs poursuivis par l’UQAM

  • Affirmer clairement sa volonté de prévenir et, s’il y a lieu, de faire cesser les diverses formes de harcèlement psychologique;
  • Mettre en place les mécanismes nécessaires à la prévention, à la résolution des problèmes et au traitement diligent des plaintes;
  • Obtenir l’engagement de l’ensemble de la collectivité universitaire pour prévenir et contrer le harcèlement psychologique.

Les principaux mandats de la personne responsable

  • Informer,  conseiller et  soutenir toute personne qui s’adresse à elle pour une situation de harcèlement psychologique, toute personne qui décide de s’inscrire à l’intérieur d’un processus de conciliation, toute personne en autorité qui la consulte pour une situation de harcèlement  psychologique ou toute personne témoin d’une telle situation qui la consulte;
  • Assurer la mise en place des programmes et mesures de prévention adoptés par le Comité de prévention;
  • Recevoir les demandes de traitement des situations de harcèlement  psychologique;
  • Guider les personnes qui acceptent la conciliation dans leur recherche de solutions en vue de corriger la situation;
  • Faire rapport annuellement à la vice-rectrice, au vice-recteur aux ressources humaines, de même qu’aux syndicats et associations.