Introduction

Encore aujourd’hui, nombreuses sont les personnes qui ignorent les diverses manifestations des violences à caractère sexuel, leurs conséquences ainsi que leur ampleur sur les campus universitaires.

L’UQAM vise la mise en place d’un milieu où toutes, tous comprennent  que les violences à caractère sexuel sont inacceptables, où les survivantes, survivants sont crues, crus, reçoivent les services dont elles, ils ont besoin et où les individus sont tenus responsables de leurs gestes. Afin d’atteindre ces objectifs, l’UQAM a posé plusieurs actions :

  • révision des politiques en matière de harcèlement psychologique (P-42) et sexuel (P-16);
  • mise à jour des politiques sur les violences à caractère sexuel;
  • mise en place de services d’éducation et de sensibilisation à l’intention du personnel et de la population étudiante

Violences à caractère sexuel

Une violence à caractère sexuel est d’abord et avant tout une prise de pouvoir d’une personne sur une autre. Cette prise de pouvoir est effectuée par l’intermédiaire d’un acte à caractère sexuel  non consensuel, avec ou sans contact physique, et implique habituellement la manipulation, l’intimidation, le chantage, la menace implicite ou explicite, la contrainte ou la force.

Les violences à caractère sexuel peuvent prendre plusieurs formes :

  • agression à caractère sexuel;
  • caresses, frôlements, attouchements ou contacts sexuels;
  • harcèlement sexuel;
  • viol;
  • voyeurisme ou exhibitionnisme.

Il est à noter que ces actes s’inscrivent généralement dans le contexte d’une discrimination basée sur une ou plusieurs caractéristiques d’une personne : le genre, l’identité de genre, l’orientation sexuelle, le fait de vivre avec un handicap ou l’origine ethnique.