Est-ce que je vis du harcèlement psychologique ?

Voici quelques questions qui vous aideront à déterminer si une conduite constitue du harcèlement psychologique.

Une personne raisonnable considérerait-elle cette conduite offensante ?

S’agit-il de plusieurs incidents ou d’une seule conduite grave ?

S’il s’agit d‘une seule conduite grave, a-t-elle engendré des effets nocifs qui se poursuivent dans le temps ?

Les comportements, les paroles, les actes ou les gestes reprochés sont-ils hostiles ou non désirés ?

Est-ce une conduite qui diminue, rabaisse ou cause une humiliation ?

La conduite rend-elle le milieu de travail ou d’étude néfaste ?

Avant de conclure, il est préférable de discuter de la situation et de consulter des personnes en qui vous avez confiance.

*Une personne raisonnable est « une personne réfléchie et non une personne aux réactions émotives, mal informée sur les circonstances d’une affaire ou en désaccord avec la valeurs fondamentales de notre société. Mais cette personne n’est pas un juriste qui connaît tous les rudiments du système de justice criminelle, les éléments constitutifs des infractions criminelles ou les subtilités de l’intention criminelle et des défenses disponibles aux accusés. » — (Jocelyn Giroux et Denis Laliberté, « Entre embâcles et méandres », in Argument, vol. 19, no 1, automne-hiver 2017, p. 53)

Source : Commission des normes du travail du Québec